Choisir la meilleure formation urbanisme possible

L’urbaniste est un spécialiste de l’aménagement des espaces dits « urbains ». Dans l’exercice de cette profession, on peut toutefois observer une jonction avec d’autres corps de métiers comme l’architecture de type « générale », l’architecture du paysage et l’aménagement.  Découvrez la meilleure formation urbanisme dans cet article.

Ainsi, l’urbanisme est un métier assez transversal qui met en branle diverses compétences. Une démarcation nette avec les professions énoncées ultérieurement n’est pas forcément évidente, surtout dans le cas de la mise en œuvre de projets à caractère urbain.

Cette transversalité lui confère une certaine complexité qu’il importe que toute personne désireuse de poursuivre des études dans ce sens intègre. La formation urbanisme dispose en effet le technicien à s’engager véritablement à travers plusieurs métiers. Allant des charges techniques à la gestion de projets, en passant par des métiers de consultant dans le domaine de la politique.
Par conséquent, pour suivre une telle formation, il est indispensable d’observer quelques principes généraux. Même s’il existe des dérogations possibles consécutives non seulement au type de profil, mais également aux débouchés éventuels.

Principes généraux de la formation urbanisme

En règle générale, le diplôme de technicien requiert une formation urbanisme de niveau Bac + 5. Pour accéder à ce diplôme, il faut préalablement avoir effectué trois années d’études dans des domaines assez variés (L3). 
Ainsi, il n’est pas rare de distinguer plusieurs profils se rapportant à des formations en : écologie, architecture, ingénierie, sciences humaines, sciences politiques, etc.

De même, une licence intégrée en aménagement et urbanisme est accessible depuis une L2, à partir des mêmes cursus énoncés plus haut. Vous pouvez également partir d’une prépa, d’un DUT ou autres formations plus techniques.
Après l’obtention du diplôme (L3) dans le cadre de l’une des formations évoquées, il s’en suit deux ans de formation spécifique (M1, M2), soldés par un Master en urbanisme ou un diplôme équivalent. Ce Master confère in fine le grade de technicien en urbanisme.

Par ailleurs, toutes ces formations sont regroupées au sein d’un collectif dénommé : Association pour la promotion de l’enseignement et de la recherche en aménagement et urbanisme (APERAU). Ainsi, en collaboration avec plusieurs établissements disséminés un peu partout sur le territoire, des cours en urbanisme sont dispensés. Au nombre de ces établissements, on peut citer : Polytech Tours, École d’Urbanisme de Paris, et les Instituts d’Urbanisme dans plusieurs villes (Lyon, Bordeaux, Reims, Grenoble, etc.). 
Cependant, consécutivement à un Master, dont ils assurent tous la formation, il est aussi possible de s’inscrire plus tard pour un doctorat. 

Formation urbanisme : dérogations possibles

urbanisme

Pour devenir urbaniste, il faudrait logiquement avoir suivi une formation urbanisme. Mais, dans la réalité, il apparaît qu’on peut être urbaniste tout en étant titulaire d’un diplôme en sociologie, architecture ou en ayant suivi une formation d’ingénieur ou de géomètre.

Concrètement, il s’agit de profils assez similaires dont les compétences se rapprochent de celles d’un urbaniste de formation. Ainsi, certaines écoles offrent la possibilité d’effectuer une spécialisation en urbanisme ou aménagement urbain.

Par ailleurs, le titulaire d’un diplôme en urbanisme ou assimilés peut toutefois demander une qualification d’urbaniste. C’est l’Office Professionnel de Qualification des Urbanistes (OPQU) qui est en charge de l’étude les demandes et de la délivrance des qualifications. Deux critères sont examinés : pratique professionnelle et formation. La durée de l’expérience requise variant en fonction du profil, les demandes sont étudiées au cas par cas.

Avec une formation urbanisme avérée (Master d’urbanisme intégré), la qualification peut être demandée après deux ans d’expérience professionnelle. Pour les autres profils, il faut compter au moins trois années d’expérience professionnelle, voire dix ans dans certains cas spécifiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *